jeudi 26 décembre 2013

Bonne année! / ¡Feliz Año Nuevo!


Voila une année 2013 qui s'est écoulée à la vitesse grand V. Trop vite à mon goût car on n'a pas eu le temps de faire de pause mais bof quand je regarde en arrière cette année 2013....pas vraiment un bon millésime de mon point de vue mais c'est mon avis personnel.

Je sais que je fus moins prolifique dans mon blog en cette année 2013 car malheureusement, mon travail m'as pas mal pris de mon temps personnel cette année avec une charge de travail assez imposante par moment. Mais bon, je vais continuer ce blog pour cette nouvelle année donc ne vous inquiétez pas !

Je reprend mes vœux de l’année dernière pour cette nouvelle année 2014 car il n'y a pas de changement dans les mots...

Alors je vous souhaite:
- 1 an d’Allégresse
- 12 mois de Plaisir
- 52 semaines de Bien-être
- 365 jours de Chance
- 8 760 heures de Succès
- 525 600 minutes d’Amour
- pour un total de 31 536 000 secondes de bonheur!

Así que les deseo:
- 1 año de Alegría
- 12 meses de Placer
- 52 semanas de Bienestar
- 365 días de Suerte
- 8760 horas de Éxito
- 525 600 minutos de amor
- Para un total de 31.536.000 segundos de felicidad!


Excellente nouvelle année 2014 à tout le monde!
 ¡Feliz Año Nuevo 2014 a todos!

dimanche 15 décembre 2013

L'immigration Basque en Uruguay


Le Pays Basque ou Euskal Herria est une région unique qui fait la richesse de la France. Évidemment quand un étranger parle de la France, il parle que de Paris qui représente la France alors que c'est tout à fait faux..à part peut-être les parisiens qui le croit ;).

Trêve de plaisanterie et pour mes lecteurs étrangers, le Pays Basque ou le peuple Basque se trouve à cheval sur les Pyrénées occidentales avec des régions Basques espagnoles et Basques françaises. Le Pays Basque est un territoire de tradition, de culture et d'histoire très riche unique en son genre.

Le Pays Basque est formé de sept provinces. Celles du Pays Basque français sont le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule. Celles du Pays Basque espagnoles sont la Navarre, l'Alava, la Biscaye et Guipuzcoa.

A contrario du Pays Basque français, le basque est reconnu officiellement au Pays Basque espagnol. Mais il y a un dicton qui dit ''Zapiak bat'' qui fait référence aux sept provinces et qui veut dire plus ou moins ''sept en une''.

mardi 3 décembre 2013

Patrimoine: Centro Gallego

Je vais vous présenter le Centro Gallego de Montevideo ou si je traduis en français : le Centre Galicien de Montevideo.

Parmi l’énorme immigration espagnole arrivée en masse sur l’Amérique du Sud, certaines régions d'Espagne sont très représentatives des origines de cette immigration vers l'Uruguay et vers les régions du Río de la Plata (l'Argentine en autre). Les régions les plus représentatives dans l'immigration en Uruguay furent celle des Asturies, d’Andalousie, de Galicie et du Pays Basque. Donc, quoi de plus normal de retrouver un Centre Galicien en Uruguay.

Le siège social du Centro Gallego se trouve au 870 rue San José dans le barrio Centro de Montevideo.  Si vous marchez sur San José, je vous conseille de vous arrêter pour en admirer la façade.

Il est le plus ancien au monde car il fut crée le 30 août 1879 sur l'initiative des frères Benigno et Tomé Salgado Vazquez. Les deux autres Centro Gallego les plus anciens du monde après celui de Montevideo sont ceux de Buenos Aires et de La Havane à Cuba.

jeudi 14 novembre 2013

Buenos Aires: Teatro Colón

Voici la présentation d'un lieu mythique d'une de mes villes préférées de cette planète: le grand et majestueux Teatro Colón (théâtre Colon) de Buenos Aires.

Bâtiment imposant qui se trouve dans un quadrilatère formé de l'Avenida 9 de Julio, des rues Viamonte, Tucumán et Libertad dans le quartier de San Nicolás. Toutefois, si on pense que l’entrée est sur la grande et (trop) imposante Avenida 9 de Julio, vous vous mettez un doigt dans l’œil car l’entrée principale se trouve de l'autre côté, c'est à dire sur la rue Libertad (rue de la Liberté). Ceci pour la simple et unique raison que cette Avenida 9 de Julio n'existait pas au moment de la construction du théâtre.

Le Teatro Colón est la salle d’opéra la plus importante et la plus renommée de Buenos Aires. Le bâtiment a été dessiné au début par les architectes italo-argentins Francesco Tamburini (né à Ascoli Piceno en Italie en 1846 et mort à Buenos Aires en 1891) et son élève, Vittorio Meano (né à Susa en 1860 et mort à Buenos Aires le 1er juin 1904). 

Les lignes du bâtiment sont un mélange de style renaissance italienne et de baroque français. Style italien de par l'origine des deux architectes et française étant donné que l’architecture d'origine française (surtout le style Hausmann) faisait les beaux jours de Buenos Aires à cette époque.

dimanche 3 novembre 2013

Les tutures Peugeot: Prise 2

Comme je suis un amoureux de vieilles voitures (pas un fanatique qui va tapisser toute sa chambre de posters de voitures quand même), je peux dire que l'Uruguay m'en a donné...c'est à dire du plaisir à prendre des tas de photos de vieilles voitures qui roulent ou qui appartiennent à des collectionneurs.

Je l'ai déjà dit et redit mais pour celui ou celle qui aime les vieilles voitures, les pays d’Amériques du sud sont des musées en 3D qu'il faut mettre sur vos listes de voyage. Non seulement, vous verrez des vieilles voitures mais de plus, vous visiterez de très beaux pays.

En 2011, ce qui remonte à bien longtemps maintenant, j'avais fait un article sur les voitures Peugeot: Prise 1. Il y a une semaine en regardant mes statistiques, j'ai été surpris du nombre de personnes qui sont venus visiter cette page donc j'ai décidé de donner une suite.

Une marque dont on trouve les voitures (récentes ou anciennes) partout étant donné que Peugeot possèdent des usines depuis longtemps en Argentine (1958) et un peu moins longtemps au Brésil entre autre. Cela vous permet de voir tout ce que l'on trouve sur nos routes européennes sur les routes de l'Uruguay, de l'Argentine, du Paraguay, du Brésil,  etc. Il y a même certains modèles qui sont introuvables ailleurs qu'en Amérique du sud car ils ont été spécialement conçu pour le marché de ces pays.

vendredi 18 octobre 2013

Tourisme: Ville de Rocha

Rocha est la capitale économique du département du même nom. C'est une ville de taille moyenne qui me rappelle plus l’équivalent d'un de nos gros bourgs de nos campagnes françaises. La ville se trouve aux intersections des routes 9 et 15 par contre, si vous êtes sur la route principale (Ruta 9 qui vient de Montevideo), vous ne rentrez pas dans le bourg.

La ville se trouve à 210 kms de Montevideo et elle est très facilement joignable par bus car de nombreux cars passent par Rocha comme les compagnies Costa del Sol, Cynsa et Cot (tous les bus partent du terminal de Tres Cruces de Montevideo). Je le rappelle encore mais les bus en Uruguay sont modernes, excellents et ont un service impeccable (deux fois mieux que les compagnies de bus du Canada en tout cas!).

La ville compte environ 25,000 habitants en comptant les alentours de la ville plus les chiens, les vaches, les poules...non je rigole car le gouvernement uruguayens tient des statistiques impeccables. La preuve est que suite au dernier recensement (2011), la population se compose de 12 060 hommes et 13 362 femmes exactement! En 1908, on dénombrait 12 200 personnes à Rocha.

dimanche 6 octobre 2013

Coup de gueule: Les asentamientos

Vous avez pu noter à travers ce blog que j’adore l’Uruguay. Un beau pays avec de l’architecture à profusion (surtout à Montevideo), une histoire fascinante, une immigration européenne qui a laissé des traces dans toutes les sphères de la société uruguayenne (nourriture, nom de famille, architecture, histoire, médical, etc.).

Parmi mes articles, j’ai eu des coups de cœur mais aussi des gros coups de gueules comme les irrésistibles fonctionnaires uruguayens et la maudite paperasse, la saleté de Montevideo avec ses sacs plastiques, les papiers, ses merdes de chiens (comme le quartier de Pocitos où nous habitions) qui polluent la ville, les sorties des eaux pluviales qui se déversent dans le Rio de la Plata, etc.

Je vous présente un autre de mes coups de gueule.

Je vais parler des asentamientos, nom que j’ai découvert sur place car je n’avais aucune idée ce que ce mot voulait dire malgré qu'il apparaissait de temps en temps dans les médias uruguayens. La définition qui est donnée le plus souvent dans les dictionnaires parle de colonie.

samedi 21 septembre 2013

les émigrants européens: Les anglais

Après vous avoir parlé des immigrants provenant de France, Russie, du Piémont, de Suisse en Uruguay de la fin du XIXe au début XXe siècle (voir ma section à droite), nous allons parler des anglais car quelle partie de ce monde n’a pas eu la visite de nos amis anglais? Ils furent (et le sont toujours) des globe-trotteurs et donc furent une pièce maîtresse en Amérique du sud surtout point de vue investissements et entrepreneuriats.

Mais il faut reconnaître que le pays qui recevra le plus d’apport de la part des anglais fut l’Argentine avant l’Uruguay. Cependant, en considérant la taille du pays, les uruguayens n'ont pas à rougir.

Si vous vous promenez dans les rues de Montevideo, vous remarquerez à droite et à gauche quelques noms de rue portant un nom anglais comme les avenues Lord Ponsonby et Jorge (George) Canning. Deux avenues qui se trouvent dans le centre-ville (Barrio Parque Battle) et qui sont assez jolies car bordées de superbes arbres.

Une autre trace de la présence anglaise en Uruguay est quelques noms de famille à consonance anglaise dans cette marée de noms de famille d’origine italienne, espagnole et dans une moindre mesure française.

mardi 3 septembre 2013

La roseraie du Prado


Nous allons visiter un lieu qui se trouve sur la liste des héritages de Montevideo de forte influence française du début du XXe siècle. Lieu qui existe toujours de nos jours et qui se trouve dans un des mes quartiers favoris de Montevideo et qui se prénomme le barrio del Prado. Je vous présente el Rosedal del Prado ou bien el Jardín de Rosas del Prado ou simplement en français: la roseraie du Prado.

Pour ceux qui ont pris le train en route en lisant ce blog :) , j'ai fait une présentation précédente de ce quartier dans mes articles un et deux. Quartier qui inclut de fabuleuses anciennes maisons, el Jardín Botánico (jardin botanique) et la Rural del Prado.

Bref, un quartier à faire si vous passez par cette ville qui de plus, n'est pas le plus visité par les touristes mais surtout par les locaux. Le quartier est facilement accessible facile par bus depuis le centre-ville. Il faut juste chercher les bus qui font le trajet, ce qui est moins facile à trouver. Mais il y aura toujours un gentil habitant qui vous expliquera le trajet ou bien qui vous aidera à trouver votre bus.

lundi 29 juillet 2013

L'histoire de l'aviation

J'attaque mon deuxième article sur l'aviation bien que je n'ai aucune affiliation avec les avions ou l'aviation elle-même mais l'histoire de ce pays inclut des passages assez remarquables sur l'aviation et ses précurseurs à cette époque.

En tournant les pages d'histoire de ces pays (Uruguay comme Argentine entre autre), on s’aperçoit qu'il y a eu un nombre incroyable de pilotes célèbres qui sont passés par ces pays. Tous ces grands du monde de l'aviation qui laisseront des traces partout.

Dans mon premier article, je vous avais fait une présentation de l'épopée de l'aérospatiale en Uruguay. Dans ce nouvel article, je vais faire une présentation plus globale de l'’histoire de l’aviation en Uruguay car les français avec les italiens seront des pièces maîtresses dans la création de la force aérienne de ce pays autant militaire (surtout) que civile.

Nous découvrirons aussi l'implication de français provenant de l'Argentine et qui viendront s'installer en Uruguay. Présentation aussi d'un grand concepteur et constructeur d'avion provenant des Pyrénées-Atlantiques comme beaucoup de ses compatriotes et qui laissera une empreinte impressionnante dans ce pays (mais aussi en Argentine). Il s'installa d'abord en Argentine et il finira sa carrière et ses jours en Uruguay. Présentation plus bas.

vendredi 19 juillet 2013

Le Parque Hotel

Si vous vous promenez le long de la Rambla Presidente Wilson dans le quartier de Parque Rodo, vous apercevrez un joli bâtiment, style d’élégant hôtel que l'on peut trouver sur la Côte d'Azur. Le quadrilatère est délimité par les rues John D. Jackson, Dr. Luis Piera et Dr. Pablo de María et la Rambla

Le 17 mai 1906, la firme Luis Crodara et Cía demande la permission à la municipalité de Montevideo de construire un bâtiment dans une zone voisine à la plage Ramírez. Un édifice afin d'accueillir l'Hotel-Teatro-Casino del Parque Urbano. Ne pas oublier que le Parque Urbano (article ici) se trouve de l'autre côté de la rue. Les plans originaux seront dessinés par l'architecte français Pierre Lorenzi. La compagnie Crodara aidé de l'architecte Guillermo West s'occuperont de bâtir l’hôtel. Je ne peux pas vous faire de présentation de Pierre Lorenzi car je ne trouve aucune information sur lui.

Sa construction est basée sur un système mixte de murs porteurs et des piliers de fer, ce qui à cette époque était assez nouveau pour ce genre de bâtiment. Les fondations sont faites de murs en pierre avec des épaisseurs moyennes de 80 à 100 centimètres car cet édifice se trouve au bord du Rio de la Plata donc une présence permanente d'eau. Ceci a nécessité l'existence de puits avec des pompes submersibles pour le drainage.

lundi 1 juillet 2013

La gastronomie d'Uruguay

Aujourd'hui, un petit article sur la bouffe uruguayenne car étant donné que je suis français, faut bien que je parle de bouffe sinon, je ne suis pas normal. Alors, on va d'abord détruire avec un scud le cliché de la plupart des gens en s'imaginant que tout ce qui se trouve en dessous du tropique du cancer, c'est à dire à partir du Mexique jusqu’à la pointe de l’Amérique du sud se résume aux tacos, burritos et empanadas. Totalement faux sur tout la ligne car chaque pays a ses propre mets locaux et traditionnels. Évidemment, on retrouve quelques plats qui sont les mêmes à travers un certain nombre de pays mais généralement sous différents noms. Mais aussi des plats qui sont reliés à l'histoire et l'apport de l'immigration dans le pays.

Alors, déjà, je peux annoncer que les uruguayens aiment manger autour d'une bonne table et pendant longtemmmmmmmps. Je peux rajouter aussi que ce sont des gourmands car ils nous talonnent en nombre de confiseries bien sucrées que l'on trouve dans toutes les bonnes boulangeries du pays.

dimanche 16 juin 2013

La Légion Française d'Uruguay

Je vais vous parler d'un chapitre que je ne connaissais absolument pas et que j'ai découvert grâce à un monsieur féru d'histoire. Même dans la société uruguayenne, peu ou presque pas de gens connaissent l'apport de cette Legión francesa ou Légion Française durant le siège de Montevideo entre les années 1843 à 1851.

Quand je parle de légion, je ne parle pas de Légion Étrangère comme on pourrait le croire. Eux se sont arrêtés à la célèbre et triste bataille de Camerone au Mexique mais ils n'ont jamais fait d'incursion en Amérique du sud (à ma connaissance à part la Guyanne Française). Afin d’étayer mon article, j'ai puisé à peu près toute l'information provenant de ce féru d'histoire, M. Lionel Dupont, car peu de bouquins en parlent en Uruguay et je ne parle même pas des bouquins français à moins d’être vraiment spécialisé dans le militaire et l’Amérique du sud.

Au début de l’année 1843, les français et les italiens de Montevideo sont les premiers à vouloir s'organiser afin de défendre leurs familles et lutter par leurs propres moyens contre les menaces des assiégeants des troupe du général Manuel Oribe et de l'argentin Manuel de Rosas (gouverneur de la province de Buenos Aires) envers les étrangers du pays (Italiens, Français, Allemands, Anglais, etc). Ne pas oublier que nous sommes en plein dans la Guerra Grande en Uruguay, bataille de 1838/1839 jusqu’à 1851. Voici le sommaire provenant d'un de mes précédents articles. Cet article de la Guerra Grande vous parle de la description des Blancos versus des Colorados dont vous aurez besoin de comprendre afin de lire et comprendre cet article.

jeudi 6 juin 2013

Les camions d'autrefois

Je rédige cet article pour les fanatiques de tout ce qui roule sur les routes, dans les rues, les chemins de ce pays et je peux vous dire qu'on en voit des choses anciennes. Comme vous avez pu le remarquer dans ma section ''véhicule'' à droite de cet article, j'ai pas mal parlé des marques de voiture françaises, allemandes, anglaises, etc. donc cette fois-ci, nous allons parler de gros et qui roule: les camions.

J'ai déjà mentionné à plusieurs reprises que les pays d’Amérique du sud sont de vrais musées de voitures (ou camions) à ciel ouvert. L’Uruguay fait parti de ces pays et je peux vous dire que je me suis régalé de voir tous ces camions rouler encore. A la différence de nos pays où généralement, on ne sort les engins de collection uniquement qu'au moment des expositions, ici ils roulent tous les jours car c'est le gagne pain des routiers.

Routiers qui sont fiers de leurs engins et qui sont fiers aussi que l'on prenne en photo leurs bêtes uniques. Évidement, si vous commencez à poser des questions sur la bête, vous êtes sur que vos prochaines trente minutes seront prises face à un routier qui vous fera la description de son camion de A à Z en espagnol et à toute vitesse comme un scud.

jeudi 23 mai 2013

La marche du silence

Le 20 mai 2013 comme chaque année, il existe un rassemblement assez spécial et unique sur l'avenue principale de Montevideo (Avenida de 28 de Julio). Mobilisation qui a lieu en fin de soirée et non dans l’après-midi. Mobilisation qui n'est pas une grève, un jour férié, une fête commerciale, un jour de fête religieuse mais un jour synonyme de grande tristesse pour encore beaucoup de familles.

Rassemblement qui attire à peu près toutes les couches de la société, des gens ou des familles qui proviennent des quatre coins de la ville ou parfois de l’intérieur du pays: ce rassemblement s'appelle La Marcha del Silencio (la marche du silence).

Pourquoi la tristesse et la marche du silence? Car on est encore sans nouvelles de beaucoup de disparu(e)s de la dictature. Et oui comme on le sait, la dictature a fait disparaître beaucoup de gens dont on n'a jamais retrouvé leurs traces. Des membres de famille ou des familles entières sont toujours à la recherche d'un membre cher qui a pu autant disparaître en Uruguay, qu'en Argentine ou ailleurs.

jeudi 16 mai 2013

Le Cabildo de Montevideo

Le Cabildo est le plus ancien bâtiment qui se trouve sur la Plaza Constitución/Matriz et de la Ciudad Vieja (vieille ville). Il est facilement repérable grâce à son architecture de type néoclassique fait de pierre. Il se trouve aux angles des rues Sarandi et Juan C. Gómez.

Le Cabildo était le conseil d'administration coloniale qui régissait une municipalité à l'époque de l'Empire espagnol. Il existait des Cabildos espagnols et des Cabildos indigènes. Les membres du Cabildo étaient nommés ou bien parfois élus. Toutefois, ils étaient considérés comme représentatifs de toutes les couches de la population (du propriétaire terrien au chef de ménage). 

Le Cabildo fut utilisé dans toutes les colonies d’Amérique du Sud (Argentine, Uruguay, Pérou, Bolivie, Venezuela, etc) ainsi que dans les Caraïbes comme Cuba et même à la Nouvelle-Orléans.

lundi 6 mai 2013

Le jardin botanique de Buenos Aires

Nous allons faire une petite ballade dans un coin de nature en pleine ville à Buenos Aires. Si vous avez l'occasion d'aller visiter Buenos Aires, je vous recommande hautement de mettre le jardin botanique de la ville sur votre liste tant ce jardin est merveilleux. Évidemment, il ne fait pas des centaines d'hectares mais il est suffisamment beau pour y aller se reposer car le quartier où se trouve ce jardin est très agréable.

Le jardin botanique, de son vrai nom, Jardín Botánico Carlos Thays de Buenos Aires, se trouve dans le quartier de Palermo, proche de la station de métro (subte) Plaza Italia (ligne D). Ce jardin est triangulaire et il est délimité par l'Avenida Sante Fé, l'Avenida Las Heras et la rue República Árabe Siria. Avantage du lieu aussi car à quelques pas, on retrouve le zoo de Buenos Aires qui est une des attractions en haut de la liste des enfants (et des parents). Donc, si on fait les deux dans la même journée, vous aurez eu une journée bien remplie.

dimanche 21 avril 2013

Patrimoine: Palacio Brasil

En vous promenant sur l'avenue principale de la ville qu'est l'Avenida 18 de Julio, vous apercevrez juste à coté du Palacio Uriarte de Heber (museo del Gaucho y de la Moneda), le Palacio Brasil. 

L'architecte de ce bâtiment ne fut nul autre que l'architecte français Camille Gardelle dont j'ai fais la présentation dans ce blog. Architecte qui laissera une trace indélébile sur Montevideo avec un nombre assez important de monument qu'il laissera comme héritage. Le monument actuel fut inauguré en 1919.

En 1920, Arthur Jackson Heber (un autre grand architecte de Montevideo) eu l'idée de construire une salle de cinéma au rez-de-chaussée de ce bâtiment mais le projet sera finalement confié aussi à Camile Gardelle. Le Teatro Zabala ouvre ses portes en 1922 avec une présentation de l'Orchestre symphonique de Montevideo. Toutefois, la salle sera dévastée par un incendie le 20 mai 1983.

On ne trouve pas énormément d'information historique sur ce bâtiment par contre, on peut monter aux étages en empruntant les escaliers monumentales ou bien un vieil ascenseur qui date de Mathusalem. 

dimanche 14 avril 2013

Patrimoine: Le Club Uruguay

Je vais vous présenter un des bâtiments les plus emblématiques qui se trouve actuellement sur la rue Sarandi au niveau de la Plaza Matriz dans la Ciudad Vieja (vieille ville). Si vous regardez les cartes postales depuis la nuit des temps, vous vous apercevrez que ce bâtiment fait partie intégrante de cette place depuis la fin du XIXe siècle : Je vais vous raconter l’histoire du Club Uruguay.

L’origine du Club Uruguay, malgré son nom qui fait un peu boite de nuit, était à la base un projet de regroupement des principaux (et des plus influents) négociants de la ville aux alentours du 8 février 1878. Un peu l’ancêtre d’une chambre de commerce de Montevideo. Le premier regroupement de ces négociants fut appelé le Club Libertad (Club de la liberté).

Cette création fut parallèle à la période qui fut aussi la culmination de la formation et de la consolidation de ce pays avec une forte émigration provenant principalement de trois pays que fut l’Espagne, l’Italie et la France.

samedi 6 avril 2013

La Forteresse et le parc Santa Teresa

En vous promenant dans le département de Rocha sur la route 9, vous passerez devant un grand parc qui est le parc national de Santa Teresa. Celui-ci renferme une superbe forteresse située à 36 kilomètres de Chuy (frontière brésilienne) et 305 kilomètres de Montevideo. La forteresse se trouve à environ 800 mètres de la côte.

Les premières fondations ont été construites par les portugais ainsi que le nom donnée à celle-ci mais la forteresse actuelle a été bâtie essentiellement par les espagnols en 1762 après avoir abandonné l’idée de construire un fort proche de Maldonado.

Après la signature du traite d'El Pardo en 1861, le gouverneur et capitaine général de la capitainerie de Rio de Janeiro, Gomes Freire de Andrade, anticipe des conséquences importantes pour la région du sud et ordonne à ses troupes de sécuriser la région avec à sa tête, le lieutenant-colonel Tomás Luis Osorio. Avec un peu plus d'un millier d'hommes, la stratégie des portugais sera de construire une ligne défensive afin d’arrêter les invasions espagnoles avec le fort San Miguel comme avant-garde. Après la conquête de Colonia del Sacramento par le gouverneur de Buenos Aires, Pedro de Cevallos, en 1762, les portugais commence la construction de la forteresse sur un site assez stratégique.

jeudi 21 mars 2013

Petite balade en ville de 1925 à 1935

Cela faisait longtemps que je voulais me faire un petite balade dans Montevideo mais une balade assez spéciale. Un petit retour en arrière durant les belles années 1922 à 1935. Je sais que certains vont dire qu'on veut voir des photos d'aujourd'hui mais je pense que découvrir ou apprendre à connaître une ville dans le passé sert aussi à mieux apprécier (ou détester pour certains) la ville que l'on visite ou que l'on habite aujourd'hui.

Une des choses dont je m’aperçois dans ces belles années était la diversité de la ville en architecture. Un véritable cocktail dont on mélange l'art nouveau, le baroque, l'art déco, etc. Aujourd'hui, tout est stéréotypé ou presque. Il y a quand même de fabuleux architectes qui réalisent de très belles choses mais dès que nous tombons dans le domaine des promoteurs par exemple, on s’aperçoit qu'ils sont presque tous passés par la même école, c'est à dire apprendre à construire des trucs aseptisés avec aucune grâce, aucune fluidité, aucune courbe mais tout en carré, en hauteur et le plus vite pour rentabiliser.

jeudi 14 mars 2013

Paraguay: Ciudad del Este & Itaipú

En faisant notre séjour aux superbes chutes d’Iguazú dont je reste encore sur des souvenirs fantastiques (voir mes articles: côté argentin et côté brésilien), nous avons fait un petit tour au Paraguay durant une journée. Le Paraguay qui se résumait juste à la ville la plus proche de la frontière brésilienne, Ciudad del Este ainsi que du barrage d'Itaipú. Si vous regardez une carte d’Amérique du sud, vous vous apercevrez que la ville n'est pas trop loin non plus du célèbre triangle que sont l'Argentine, le Brésil et le Paraguay. Triangle qui est appelé la triple frontière. Il existe un monument (El mirador) qui vous montre la jonction des trois pays en un point avec les trois drapeaux.

La plupart des tours opérateurs qui vont sur Iguazú font un tour dans cette ville du Paraguay étant donné qu'il y a juste le Puente de la Amistad (Pont de l’amitié) à passer et qui traverse le Rio Paraná. Vous découvrirez un paysage assez impressionnant du pont car celui-ci se trouve non pas au ras de l'eau, mais à une hauteur appréciable. La meilleure vue se fait quand même des bus car vous vous trouvez au dessus du flot des véhicules et des bipèdes humains mais tout en appréciant la beauté de la vue.

vendredi 8 mars 2013

OXO et le Corned Beef Fray Bentos


Après vous avoir décrit la saga industrielle de Liebig en Uruguay ou plutôt ce que l'Uruguay avait apporté à la grandeur de Liebig dans le monde (oui..oui..n'ayons pas peur d'employer ces mots), nous allons continuer notre saga avec la suite. Donc, comme j'avais mentionné dans mon premier article, l'usine de Liebig de Fray Bentos sera vendue en 1924 aux frères William et Edmund Vestey de la compagnie Vestey Group (Liverpool). L'ensemble industriel fut rebaptisé Frigorifico Anglo del Uruguay ou plus communément El Anglo par les locaux.

Qui sont les frères Vestey?

Vestey Group Ltd, anciennement Vestey Brothers, fut un groupe privé d'entreprises du Royaume-Uni qui comprenait une entreprise internationale de produit alimentaire (viandes, corneed beef, produits laitiers, légumes surgelés, produits de boulangerie, de la restauration, etc), des intérêts dans des estancias (fermes d’élevage) de bovins, des intérêts dans des plantations de canne à sucre au Brésil. Ce conglomérat fut créé en 1897 et comprenait des estancias au Brésil, Venezuela, Argentine, des usines de transformation de viande en Argentine et à Fray Bentos en Uruguay pour l’Amérique du sud.

mercredi 27 février 2013

Montevideo d'Antan: Parque Urbano/Rodó

Nous allons visiter cette fois-ci un des parcs les plus connus de la ville de Montevideo: le Parque Rodó. Il se trouve dans le quartier qui porte le même nom. Ce parc est délimité par la Rambla Wilson (et la playa Ramirez), le Bulevar Artigas, l'Avenida Sarmiento et finalement les rues 21 de Setiembre et Gonzalo Ramirez. Très facile d’accès du centre-ville car très bien desservi par les transports en commun de la ville. On peut même marcher du centre-ville vers le parc tout en faisant une chouette balade. Je l'ai fait de nombreuses fois et sous tous les climats (sauf la neige bien sur car ce mot n'existe pas dans le dico uruguayen!).

Un superbe endroit pour se balader seul, en amoureux pour conter fleurette, en famille ou avec les enfants, se reposer, écouter de la musique, regarder des acrobates descendre des arbres, savourer un churro (beignet) ou une torta frita (miam miam!), fumer son joint (oui oui, c'est permis en Uruguay), ou pique-niquer.

dimanche 24 février 2013

Pur Sang Bugatti et l'Argentine

Nouveau sujet sur les voitures anciennes que sont les Bugatti. Je sais que vous allez vous demander qu'elle est la relation entre Bugatti et l'Argentine? L'Alsace versus l'Argentine? Le Bretzel versus l'Alfajores?

Détrompez-vous car il existe deux petites relations entre Bugatti et le pays des Gaucho: La première est que les Bugatti ont été importées en Argentine et que de nombreux coureurs ont fait la gloire de cette marque dans ce pays et qu'il existe aujourd'hui une compagnie, Pur Sang, qui reproduit des répliques exactes de ces voitures dans le moindre detail.

J'ai découvert par hasard le nom de cette compagnie par l’intermédiaire de Jay Leno (célèbre animateur d’émissions aux États-Unis et fanatique de voitures anciennes). Elle reproduit des répliques de célèbres voitures comme les Bugatti, Alfa Romeo, Maseratti, Mercedes et de certains marques de moto comme la marque Indian. J'en parle plus bas dans mon article.

dimanche 17 février 2013

L'Uruguay fait l'histoire de Liebig

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un produit et d'une compagnie qui révolutionnera le quotidien de nombreuses personnes dans le monde (surtout en Europe) et qui avait une partie de ses origines à Fray Bentos en Uruguay.

Un produit révolutionnaire qui sera inventé par un allemand, mis en place industriellement par des allemands, des anglais et des belges en Uruguay et exporté mondialement. Vous allez me dire comment un petit pays comme l’Uruguay peut exporter quelque chose mondialement alors que beaucoup de gens ne savent même pas placer ce pays sur une carte.

Voici l’histoire de la compagnie Liebig qui s'installa en Uruguay et qui laissera une empreinte comme un des moments industriels les plus marquants de ce pays et du monde industrialisé.

lundi 4 février 2013

Montevideo d'antan: Hôtel Carrasco

J vais faire durer un peu le plaisir du temps en refaisant un article de ce majestueux hôtel Carrasco qui représente à mes yeux l'un des plus grands et magnifiques anciens bâtiments de la fin du XIXe siècle de Montevideo. Bâtiment qui se trouve actuellement dans une cure de rajeunissement et de jouvence après plus ou moins un certain nombre d'années de déclin. Je vous avais fait la présentation de cet hôtel avec l'histoire de sa construction (dessiné par des architectes français) dans cet article et ensuite un autre article sur la rénovation en cours de ce majestueux batiment.

Théoriquement, cet hôtel devait ouvrir au mois de septembre/octobre 2012 après deux ans de travaux mais aux dernières nouvelles, nous en sommes rendus au mois de mars 2013 pour l'ouverture officielle sauf si le destin, non pas des cieux, mais des travailleurs uruguayens changent encore le cours du temps en ajoutant quelques semaines de délai. Je pense avec conviction que les travailleurs veulent profiter de la vue imprenable des plages de Carrasco et surtout de la gente féminine qui s'y prélasse durant les journées ensoleillées pour ralentir le chantier au maximum.

samedi 26 janvier 2013

Musée de Juan Zorrilla de San Martín

Nous allons faire le tour d'un musée de Montevideo, petit par la taille, mais grand par la renommée de son ancien propriétaire dont je vais vous faire la présentation en même temps. Le musée de Juan Zorilla de San Martín est situé dans le quartier de Punta Carretas, au bord de la Rambla et à quelques encablures du centre commercial Punta Carretas Shopping. Facile d’accès mais pas vraiment bien indiqué. L’accès à ce musée est gratuit donc autant en profiter.

Qui était Don Juan Zorilla de San Martín?

Né le 28 décembre 1855 et mort le 3 novembre 1931 à Montevideo, il fut l'un des plus grands écrivains en son temps de l'Uruguay. On peut même dire, sans se tromper, qu'il était une icône nationale. Né d'un père espagnol, Juan Manuel Zorilla de San Martín et d'une mère uruguayenne Alejandrina del Pozo y Aragón, il grandira dans une famille catholique très pratiquante.

dimanche 20 janvier 2013

Le Brésil et ses routiers

Je vais parler des routiers brésiliens que j'ai côtoyé à quelques reprises en Uruguay mais surtout de Leandro et Natanael que j'ai rencontré au port de Montevideo deux fois. Leandro vient de la ville de Curitiba (État de Parana) et Natanael de Campo Grande (État de Mato Grosso do Sul). Deux routiers qui ont fait pas mal de route pour chercher de la machinerie allemande au port de Montevideo (une des plus grosse compagnie de containers en Amérique du sud se trouve être l'allemande Hamburg Süd). Deux routiers hyper sympas et qui m'ont raconté plus ou moins dans un mélange de mi anglais, mi espagnol et portugais la vie des routiers brésiliens. On est arrivé à se comprendre car on a bavardé presque deux journées entières quand même! A la fin de chaque journée, je suis allé chercher de la bière car on devait étancher notre soif suite à nos longues conversations et c’était surtout pour les remercier de me faire partager leurs métiers qu'ils n’échangeraient pour rien au monde.

vendredi 11 janvier 2013

Bilan: + 6 mois de retour au Canada

Et bien voila, je vais poster le truc favori des personnes qui partent s'installer à l'étranger ou qui déménagent d'un pays à un autre, je veux bien sur parler de l’étalage de son fameux bilan de 3, 6, 8 ou 12 mois. Bilan dans toute sa splendeur qui démontre généralement que l’être humain n'est jamais heureux car il lui manque tout le temps le petit truc qui ferait que...

Je ne vais pas vous expliquer en long et large ma vie dans ce récapitulatif car les gens en ont rien à faire et puis il existe Facedebouc ou Twitter pour cela mais je vais pratiquer le jeu favori de tout le monde, c'est à dire les plus et les moins du pays que vous avez quitté et du pays où vous avez posé vos pénates. Dans mon cas, je n'arrive pas dans un pays nouveau puisque je suis revenu au Canada qui est plus ou moins mon pays d'adoption même si je ne revendique pas d’être de ce pays en particulier. Toutefois avoir eu la chance d'habiter dans plusieurs pays me démontre que j'ai toujours mon cœur français mais ma mentalité ne l'est plus car elle est internationale maintenant.

jeudi 3 janvier 2013

Patrimoine: Castillo Soneira

Nous allons parler d'une des nombreuses et jolies demeures de Montevideo qui se trouvent dans le quartier du Prado. Je le dis encore mais le barrio del Prado est l'un des plus beaux de Montevideo à mes yeux mais presque totalement ignoré par les touristes qui se concentrent uniquement dans la Ciudad Vieja (vieille ville) ou sur l'Avenida 18 de Julio.

Cette demeure ou château, puisque celle-ci a la dénomination de Castillo, se trouve juste à côté du jardin botanique et l'endroit est facilement accessible avec les transport en commun de la ville. On parle du Castillo Soneira qui est un des trésors cachés de la ville. Il se situe sur l'Avenida Suarez 3781.

L'emplacement, proche du ruisseau Miguelete, remonte à l’époque de la vice-royauté espagnole car il fut la propriété de Manuel Sánchez. Puis cet emplacement deviendra la propriété de Madame Dorotea Villademoros qui arriva en Uruguay vers 1791 directement de la Galicie. A l'origine, cette famille s'appelait les Pelaez mais elle obtiendra le titre de noblesse pour devenir les Villademoros.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...