lundi 31 décembre 2012

Bonne année/Feliz año nuevo 2013

Je voudrais souhaiter une très bonne année 2013 à tous mes lecteurs de mon blog.

Dans une année, chaque moment compte…
Alors je vous souhaite:
- 1 an d’Allégresse
- 12 mois de Plaisir
- 52 semaines de Bien-être
- 365 jours de Chance
- 8 760 heures de Succès
- 525 600 minutes d’Amour
- pour un total de 31 536 000 secondes de bonheur !
Excellente nouvelle année 2013 à tout le monde!

Me gustaría desearle un feliz año nuevo 2013 a todos mis lectores de mi blog.
En un año, cada momento cuenta ...
Así que les deseo:
- 1 año de Alegría
- 12 meses de Placer
- 52 semanas de Bienestar
- 365 días de Suerte
- 8760 horas de Éxito
- 525 600 minutos de amor
- Para un total de 31.536.000 segundos de felicidad!
Feliz Año Nuevo 2013 a todos!


Je continuerais à faire des articles sur l'Uruguay avec toujours autant de plaisir en 2013
Voy a seguir haciendo artículos en Uruguay con la diversión sigue hasta el 2013

Merci/Gracias

jeudi 20 décembre 2012

La Comtesse du cimetière de Montevideo

Au mois de janvier 2012, je vous avais présenté El Cementerio Central (le cimetière central) de Montevideo que je trouve très joli bien que ce ne soit peut-être pas le lieu touristique numéro un que l'on ira visiter une fois à Montevideo. Dans cet article, je vous avais parlé d'une tombe surprenante du nom de Mademoiselle Antoinette Mathilde, Comtesse de Brayer, décédée le 31 décembre 1859.

Suite à un regroupement d'information et à l’enquête d'un journaliste de Montevideo, je vais vous donner plus de détail sur cette histoire. En vérité, cette Comtesse est reliée à l'Empire de Napoléon et son valet Louis Marchand. On pourrait se demander en effet comment une Comtesse a pu se faire enterrer dans le cimetière de Montevideo, pays républicain et si loin de la mère patrie.

L'histoire de cette Comtesse est assez complexe mais passionnante. Dans la première partie du cimetière, on peut apprécier la Rotonde (ou bien appelé aussi le Panthéon) dont on trouve à l’intérieur, une sculpture La Piedad (La pitié) qui fut l’œuvre du sculpteur italien José Leva. Je vous avais parlé de ce sculpteur dans l'article de la colonne de la Paix car ce fut lui qui fut choisi afin d’agrémenter la colonne avec une sculpture. Ce même José Leva fut celui qui sculptera le monument funéraire de la Comtesse de Brayer dans ce cimetière.

samedi 15 décembre 2012

Écrivain: Jules Supervielle

Nous allons parler d'un autre grand écrivain uruguayen d'origine française qui laissera une empreinte indélébile dans la littérature de ce petit pays. Il fait partie du cercle des grands écrivains franco-uruguayens comme Jules Laforgue (présentation ici) ou Isodore Lucien Ducasse: Jules Supervielle.

La famille Supervielle débarquera en Uruguay vers 1880 au moment de l’arrivée massive d'immigrants français. Le premier qui arrivera à Montevideo fut Bernard, oncle du poète et de sa femme Marie-Anne qui fondèrent la banque Supervielle pour servir les intérêts des immigrants français ainsi que celles des autres communautés.

Celui-ci demandera par la suite à son frère Victor Jules (père du poète) de venir le rejoindre à Montevideo vers 1882/1883. Son père provenait de la ville d'Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées Atlantique). Ce qu'il fit tout en se mariant avec sa propre belle-sœur, Marie, sœur de Marie-Anne donc la femme de Bernard...vous me suivez? Cette famille deviendra une grande famille bourgeoise française de Montevideo à cause de la banque.

mardi 11 décembre 2012

Musique: Julieta Venegas

Je vais faire une petite pause musicale. J'adore la musique mais une chose qui m’énerve avec toutes les radios commerciales d'aujourd'hui, c'est qu'elles passent à peu près tout le temps les mêmes chansons avec les mêmes chanteurs ou chanteuses. Ça prend la tête au bout d'un moment car on se demande si il y a autre chose...

 Alors pour changer un peu de registre, je vais vous présenter quelques chanteurs ou chanteuses d’Amérique centrale ou d’Amérique du sud que j'aime beaucoup et que j'ai découvert à Montevideo ou bien à travers les médias hispaniques.

Vous devez sûrement en connaître quelques uns alors que d'autres noms ne vous diront peut-être rien. Je vais vous les présenter un par un tranquillement.


mercredi 5 décembre 2012

Montevideo d'Antan: Teatro Urquiza

Montevideo a été une ville qui a eu une multitude de théâtres, de cinémas, de salles de concert comme la plupart des grandes villes. Malheureusement au fil des années et des époques, nombres d'entre eux ont fermé à cause d'une baisse d'audience, d'augmentation des loyers, du changement des goûts de gens avec l’avènement de la télévision ou de la radio, de la dictature qui fermera bon nombres de lieux culturels, spéculation des terrains, etc.

Nous allons parler dans cet article d'un de ces théâtres qui fera vibrer la culture avec un grand C durant la belle époque de Montevideo: Le Teatro Urquiza qui se trouvait aux coins des rues Mercedes et Andes. Comme vous pouvez le voir, j'utilise le passé dans mes verbes car celui-ci n'existe plus de nos jours. Vous trouverez l'explication de cette disparition à la fin de cet article.

L'architecte de ce théâtre fut l’ingénieur (militaire) Don Guillermo West mais les plans de ce bâtiment furent la main de son collègue architecte Horacio Acosta y Lara (surtout la façade du bâtiment). Le développeur et le futur propriétaire de ce théâtre était un citoyen argentin de Buenos Aires du nom de Dr. Justo G. de Urquiza. Il n’hésita pas à investir une forte somme d'argent afin de donner un nouveau lieu culturel autre que le Teatro Solís à la ville.

mercredi 28 novembre 2012

La Citadelle de Montevideo

Nous allons faire un petit tour virtuelle de la citadelle de Montevideo car celle-ci n'existe plus de nos jours à part quelques morceaux ça et là. Elle a été détruite à presque cent pour cent à la fin du XIXe siècle afin de donner une nouvelle envergure à la ville de Montevideo.

J'accompagne cet article de quelques photos de cette époque qui vous montreront plus la destruction des remparts que des vues de la ville avec ses remparts.

Histoire

Dans la nuit de Noël de 1726, le capitaine don Pedro Millán réalisait, par des ordres du gouverneur espagnol de l'époque à Buenos Aires, Bruno Mauricio de Zabala, le premier acte de délimitation de ce qui deviendra le noyau ''originaire'' de San Felipe y Santiago de Montevideo (vous venez de découvrir le vrai nom de la ville de Montevideo).

jeudi 22 novembre 2012

Les émigrants européens: Les Suisses

La colonie Suisse s'est établie au milieu du dix-neuvième siècle en Amérique du sud. Jusqu'alors, le courant migratoire suisse était plutôt concentré vers les États-Unis mais il fut interrompu par la Guerre de Sécession. Les entreprises de démarcheurs commencèrent à faire miroiter les avantages des pays le long du Rio de la Plata (Argentine, Uruguay, etc).
Au milieu du XIXième siècle, environ 6.000 Suisses s'étaient établis sur Buenos Aires, un nombre considérable si on pense que cette ville comptaient alors que 200.000 personnes.

La raison principale fut que la Suisse traversait à cette époque une forte crise économique qui obligera plusieurs de ses citoyens à chercher de meilleures possibilités d'emplois à l'extérieur du pays étant donné que la situation était plutôt précaire pour beaucoup d'entre eux. L’Amérique, en général, représentait pour eux une possibilité de prospérité et de progrès qui convenaient très bien à leurs désirs.

Un des pays qui attira un grand nombre de Suisses fut l'Uruguay car ce pays offrait une gamme d'alternatives comme sa stabilité, son hégémonie et surtout disposait de grandes propriétés rurales destinés à la productivité agricole et d'élevage.

lundi 12 novembre 2012

Montevideo d'Antan: Zoo de Villa Dolores

Et oui, comme son nom l’indique, il existe un zoo dans le centre de Montevideo comme beaucoup de grandes villes. Celui de Montevideo est plus ou moins proche du centre-ville et facile d’accès par bus ou même à pied si vous aimez vous balader. Il se trouve sur l'Avenida Rivera 3245.

Je vais vous présenter ce zoo dans la section Montevideo d’antan car le zoo d’aujourd’hui est loin d’être égal à celui du passé. C’est qu’avec le développement urbain effréné, le zoo s’est rétréci comme peau de chagrin et de nombreux ''décors'' du passé ont disparu au fil des années.

Villa Dolores est un ancien quartier de Montevideo (avec ceux de Belgrano et Italiano) qui font parti aujourd'hui du barrio de Parque Battle. Certains sites de la ville ont des références avec Parque Battle-Villa Dolores alors que d'autres n'ont que Parque Battle: allez savoir pourquoi... Les mystères de l'administration municipale!


lundi 5 novembre 2012

Histoire de la Grande Guerre

A travers mes articles, j'ai souvent fait référence à un événement majeur qui se passa en Uruguay entre 1838/1839 et 1851: la Guerra Grande (la grande guerre). Comme vous pouvez le voir avec les dates, ce fut une longue guerre civile qui impliqua différents belligérants dans ce petit pays durant toutes ces années. Je vais vous expliquer le tout même si vous allez perdre le fil de la discussion par moment car cela m'est arrivé.

Les ''forces'' en présence

Fructuoso Rivera dirige les Colorados qui est le parti rouge bien qu'on ne parle pas ici des communistes. La couleur du drapeau des forces Colorados: rouge bien sur! Ce parti représente une tendance proche du parti Liberal.
Manuel Oribe (1792-1857) dirige les Blancos qui est le parti blanc bien qu'on ne parle pas ici de pacifistes. La couleur du drapeau des forces Blancos: blanc bien sur! Ce parti représente une tendance proche du parti National.

Résultat

mardi 23 octobre 2012

Entrepreneur: José de Buschenthal

Il existe dans la multitude des rues de Montevideo des noms de divers personnages qui ont façonné la ville ou le pays et des noms de rues qui relatent un événement important qui a marqué à vie le pays.

Cependant, la majorité des noms des divers personnages sont généralement des politiciens (c'est vrai que la plupart du temps, il faut satisfaire l’égo de ces messieurs même s'ils sont décédés) et puis dans une moindre mesure, on trouvera des compositeurs, des musiciens, des écrivains, des gens inconnus (enfin...à notre connaissance), des architectes, noms de villes, etc.

Montevideo, comme toute ville d'un pays, n’échappe pas à cette règle et un des noms qui a toujours piqué ma curiosité fut celui de Buschenthal.

Il existe dans le quartier du Prado (voir mes articles un et deux), une Avenida Buschenthal qui est une des plus belles de ce quartier (shuuut...mais c'est mon quartier favori de Montevideo). J'ai ''flashé'' sur ce nom étant donné qu'il était à consonance allemande et que je n'aurais pas été surpris d'apprendre que ce fut un immigrant allemand qui arriva au pays comme cela fut le cas durant la fin du XIXe et début XXe siècle avec l’arrivée massive des immigrants européens en Amérique du Sud.

samedi 20 octobre 2012

Petit interlude tendre

 Je voudrais partager cette vidéo que j'ai trouvé sur Yo*tu*e (sans le nommer) car je trouve l'histoire très belle, des acteurs simples, normaux, pas des homo-sapiens plastiques style Hollywood et qui représentent la réalité de tous les jours. J'ai déjà regardé cette vidéo plusieurs fois et chaque fois, je reste un peu bouche bée car ce film passe en vous un beau message et j'aime bien l'humour de certaines scènes.

De plus, j'adore l’atmosphère torride de la salle de Tango avec cette musique qui vous enveloppe comme un rien.

C'est un court film belge mais de langue flamande. La traduction est seulement en anglais mais c'est facile à suivre.

dimanche 14 octobre 2012

L'histoire des Saladeros (les saloirs)

On va parler d'une industrie qui a révolutionné le pays et qui aura laissé une empreinte très importante en Uruguay: Les Saladeros (les saloirs) qui auront une relation direct avec les entrepôts frigorifiques. Afin de faire cet article, je me suis permis de puiser la majorité de ces informations à travers une étude de Loïc Ménanteau et René Boretto Ovalle.

Définition d'un saladero: Un saladero est un saloir qui servait une industrie de base en produisant de la viande salée, comme le charqui. Ce fut une des premières industries en Argentine et en Uruguay qui profita de la grande disponibilité du bétail tout en utilisant une technologie rudimentaire et une main d’œuvre peu chère.

Ces saladeros (ainsi que les entrepôts frigorifiques) ont joué un rôle essentiel et majeur dans l’économie du pays entre le milieu du XIXe siècle jusqu'au milieu du XXe siècle. Au nombre d'une vingtaine, ils ont été le symbole d'une activité économique qui a été florissante et a laissé de nombreuses traces dans le patrimoine industriel du pays surtout le long du Rio de la Plata. La majorité de ces saladeros se trouvaient surtout dans les départements de Paysandú et du Río Negro.

lundi 8 octobre 2012

Monument: La Colonne de la Paix

Voici un ''petit'' monument qui ne prend pas énormément de place et qui se trouve en plein milieu de la Plaza de Cagancha qui elle-même se trouve au milieu d'une des avenues principales de Montevideo, c'est à dire l'Avenida 14 de Julio. Je parle bien sûr de la Columna de la Paz (Colonne de la Paix). La Plaza de Cagancha, avec sa célèbre statue, se trouve être le cœur géographique de Montevideo et le kilomètre 0 du système routier de tout le pays.

Le seul problème est que s'aventurer pour prendre une photo de proche n'est pas facile car vous allez vous retrouvez, d'une part, au beau milieu de l'avenue et d'une autre part pris dans un flot continu de bus car cette place est un arrêt pour énormément de bus de la ville. Le meilleur moment pourrait être soit le dimanche, soit durant un jour férié ou soit durant une grève quelconque car c'est plus calme. Mais la prendre d'un des trottoirs est le plus sécuritaire!

Histoire de cette colonne

mardi 2 octobre 2012

Hôtel Casino de Carrasco - renouveau

Il y a quelques temps, j'avais fait une présentation de ce fabuleux bâtiment qu’est l’hôtel Carrasco dans la section Montevideo d'antan de ce blog. Un bâtiment qui fut conçu par deux architectes français (aidé plus tard par un architecte uruguayen), qui ouvra ses portes en 1921 et démontrait, à cette époque, la richesse, la grandeur et l’élégance de la ville de Montevideo du début du XXe siècle (ainsi que la fin du XIXe siècle aussi).

Malheureusement, cet hôtel (et casino) perdra de son lustre durant de longues années pour cause de délabrement avancé car il coûtait trop cher à entretenir et fermera ses portes en 1997 par ordre de la mairie. Pour ajouter le comble au malheur, on lui ajoutera de nouvelles ''extensions'' faites de béton au fur et à mesure, ce qui lui laissera des cicatrices saignantes durant de longues années. L'intendencia de Montevideo vendra finalement le fabuleux mobilier de cet hôtel aux enchères en 2000. Bref un état de décrépitude qui fera pleurer de nombreuses personnes d'une certaine génération sans parler des employés qui travaillèrent pour cet hôtel et qui fera ombrage aux habitants de ce quartier chic.

mardi 25 septembre 2012

Bouffe: Resto Wasa [Ethnik Food]

Je vais parler dans cet article (que j'avais en tête depuis un certain temps) d'un petit resto fantastique à mes yeux et qui a été surtout fantastique pour mon palais. Vous me direz pourquoi pas étant donné que je parle que de l'Uruguay (ou presque) dans ce blog, il serait temps de présenter des restos ou des lieux de sorties. En vérité, à l'origine de ce blog, je m’étais promis de ne faire aucun article sur les restos ou tout autre lieu de sortie car il existe des milliers de sites qui traitent de cela, des sites où des gens laissent des commentaires (biaisés ou pas), des guides touristiques, des revues, etc. Amplement de quoi faire avec internet aujourd'hui.

Un autre raison de ce refus de faire des articles sur les restos est qu'il faut reconnaître que chaque personne peut avoir un goût autant culinaire que visionnaire diffèrent sur le même resto donc vous pouvez très bien aimer un resto alors que votre conjoint(e) le détestera pour x raison.

Je vais vous faire la présentation du resto Wasa [Ethnic Food] que j'ai découvert vraiment par hasard en tournant les pages du site de Montevideo Accueil. On parlait de ce resto car les proprios étaient français et se trouvaient en plein dans la Ciudad Vieja (présentation de la vieille ville: articles 1 et 2) aux intersections des rues Zaballa et Sarandí.

jeudi 20 septembre 2012

Les fabuleux vitraux de Montevideo

En écumant les maisons et les édifices de Montevideo ou dans l’intérieur du pays, une chose remarquable attira mon œil mais que l'on voit rarement de la rue. Il faut le plus souvent rentrer dans la maison afin de voir ce dont je vais parler maintenant: les vitraux. J’étais loin de me douter de pouvoir trouver autant de vitraux dans autant de maisons. Absolument incroyable! Évidemment, on parle des maisons anciennes ou des anciens édifices car de nos jours, je pense que les constructeurs ne savent même pas ce qu'est un vitrail. 

De plus, trouver un artisan qui travaille le verre des vitraux est une perle rare mais ils existent encore.

Bien sûr, je suis loin d'avoir découvert la totalité de ce patrimoine car la plupart de ces merveilles se trouvent dans des maisons privées ou dans des édifices non accessibles au public sauf certains d'entre eux durant le ''Día del Patrimonio'' (ou jour du patrimoine).

Je pense que je dois avoir aussi une tête qui devait inspirer confiance car jusqu’à date, j'ai toujours, plus ou moins, réussi à prendre des photos de ces merveilles architecturales avec l'aide de ma dulcinée. Il faut oser, c'est tout.

samedi 15 septembre 2012

Argentine: Les chutes d'Iguazú

On continue notre visite des superbes Cataratas del Iguazú mais cette fois-ci du côté argentin. L'article précédent parlait du côté brésilien pour ceux qui auraient loupé un épisode. Mais, je le redis encore: si vous voulez faire un voyage qui sort de l'ordinaire, mettez ces chutes dans votre liste des souhaits.

Comme du côté brésilien, les chutes d'Iguazú se trouvent dans une réserve naturelle inscrite sur la liste du patrimoine mondial par l'Unesco en 1984. Donc, on ne trouvera aucune voiture à part celles des employés du parc et des chutes. Absolument génial!

Autant du côté brésilien, on utilise le bus pour vous amener aux pieds des chutes ainsi qu'aux différents points de départ des balades, autant du coté argentin, ils utilisent un moyen encore plus rigolo: un petit train qui passe à travers le parc afin de vous amener aux différents points de départ des visites (voir la photo ci-dessous). Évidemment, on peut faire la balade aussi à pied à partir de l’entrée car on trouvera de nombreux chemins qui serpentent à travers la foret. Le balisage est impeccable avec des cartes et des indications en espagnol et en anglais.

lundi 10 septembre 2012

Ze photo rigolote


Et voici ma photo rigolote du mois de septembre bien que cela fait un moment que j'en ai pas mis.

J'ai pris cette photo à l’entrée de la ville de Rocha (département de Rocha). Je ne sais pas si des fois les mecs de la construction ne le font pas exprès quand même car c'est tellement gros...Mais ça existe puisque j'ai pris cette photo au mois de mai 2012 juste après les rénovations du carrefour au fond de la photo à cause du nouveau bâtiment de l’université!





Comme vous pouvez le voir, le panneau bleu encerclé de rouge signale un chemin réservé pour les piétons et les vélos à droite. Disons qu'ils ne rendent pas la vie facile aux piétons et aux vélos à Rocha mais au moins, ils ont le mérite de vous faire faire le parcours du combattant et des exercices physiques afin de vous garder en forme!


A la prochaine!

mardi 4 septembre 2012

Les petits trucs à savoir

Dans cet article, je vais vous faire un petit inventaire des trucs à savoir dans la vie quotidienne en Uruguay. Des petits trucs qui peuvent vous rendre l'existence exécrable ou vous rendre l'existence comme un long fleuve tranquille. Généralement, ce sont des petites choses que j'ai appris par mon expérience personnelle. Voici la raison pour laquelle je les partage avec vous et j’espère que ceux qui voudront s'installer en Uruguay en prendront note.

Les prises électriques

Il faut savoir qu'en Uruguay, le courant électrique est de 220-240 Volts (50 Hertz) ce qui est parfait pour nous, européens, et moins bons pour les canadiens car ils roulent en période préhistorique de 110-120 Volts. Toutefois, aujourd'hui, la majorité de nos appareils électroniques (ordinateur portable, rechargeur de piles, appareil photo, etc) s'adaptent au courant électrique du pays en terme de voltage (110V à 220V). Il suffit de regarder l’étiquette ou le mode d'emploi de votre appareil.

lundi 27 août 2012

Brésil: Les chutes d'Iguazú


Voici la présentation d'un des endroits les plus fantastiques que j'ai eu l'occasion de voir et visiter durant mon long séjour en Uruguay. Toutefois, je ne vais pas vous parler d'un lieu qui se trouve en Uruguay mais plutôt un lieu qui se trouve à cheval entre le Brésil et l'Argentine et à la limite du Paraguay. Une merveille inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1986: Les chutes d'Iguazú. En espagnol, on dit Las Cataratas del Iguazú et en portugais: Las Cataratas do Iguaçu. Je vais vous présenter les chutes du côté brésilien dans un premier temps et ensuite celle du côté argentin dans un deuxième temps.

Nous sommes allés aux chutes en voyage organisé depuis Montevideo. Vous avez de nombreux forfaits qui partent de Montevideo qui inclut l’hôtel (nous couchions du côté brésilien), le transport (en bus), le petit déjeuner (super copieux), les entrées aux parcs et aux chutes. Le seul truc un peu embêtant sont toutes les options que l'on vous rajoute et que vous devez payer si vous optez pour, mais bon, je ne regrette absolument pas ce voyage. C’était notre premier voyage organisé car je n'avais jamais pris ce genre de ''forfait-vacance''. Un baptême de feu autant pour le voyage organisé que les chutes.

mercredi 22 août 2012

Montevideo d'antan: Le théâtre Solís

Nous allons parler culture ou plus précisément théâtre avec la présentation architecturale d'un des plus majestueux théâtres de Montevideo qui a plus ou moins gardé son charme d'antan: le Teatro Solís. Théâtre qui se trouve au carrefour de la Ciudad Vieja (quartier de la vieille ville) et d'une des places principales de la ville qui est la Plaza Independencia. L'endroit précis de ce théâtre est au coin des rues Bartolomé Mitre et Buenos Aires.

Vous pouvez faire une visite guidée du Teatro Solís en semaine afin de vous donner un bel et bon aperçu de l’intérieur du théâtre, des coulisses, une vue aérienne à partir du premier balcon sur la scène tout en recevant un un compte rendu minutieux de l'histoire de la construction du bâtiment par de jeunes guides qui en connaissent pas mal sur le théâtre, ce qui est agréable! Vous avez un musée et un café à la fin de la visite ou vous pouvez acheter des babioles ou boire un bon expresso.

Histoire et construction du théâtre

jeudi 16 août 2012

Écrivaine: Delmira Agustini

L'Uruguay a produit de grands écrivain(e)s; poètes et poétesses qui eurent un rayonnement immense en Amérique espagnole et certains furent même connus jusqu'en Europe. On peut dire que la plupart de ces grands personnages célèbres ont vécu pour la plupart d'entre eux vers la fin du XIXe et début XXe siècle. On peut mentionner les noms de Jules Laforgues, José Enrique Rodó Piñeyro, Jules Supervielle, Julio Herrera y Reissig, Isodore-Lucien Ducasse, Leopoldo Lugones, etc. Ils laisseront une grande empreinte dans la culture du pays et ce, pour beaucoup de générations.

Je vais vous parler d'une écrivaine qui eu, malheureusement, une vie assez courte mais qui marquera les esprit à son époque. Je vais vous présenter Delmira Agustini qui fut poétesse et écrivaine.

Delmira Agustini est née le 24 octobre 1886 à Montevideo dans une famille aisée de parents immigrants italiens. Son père, né en Uruguay, s'appelait Santiago Agustini et sa mère, María Murtfeld Triaca était originaire de Buenos Aires.

samedi 11 août 2012

Rally de las 19 Capitales Histórico

Alors s'il existe bien un autre endroit sur terre, autre que l'Europe, où l'on peut voir des centaines d'amateurs de courses se rassembler avec toute la famille le long des routes, des villes ou des villages afin de regarder des voitures de courses en tout genre et de toutes les couleurs faire des rallyes ou des courses, il faut venir en Amérique du sud. Je ne connais pas plus fanatique que les sud-américains pour les courses de voitures...sauf que ce plaisir se trouve bien sur après le roi incontesté numéro un qu'est le football !

Autant chez nous, je parle de l'Europe ou du Canada, on essaie de limiter ce genre d'événement avec pas mal de règles tordues ou bidons afin de ternir le plaisir de beaucoup d'amateurs ou de curieux comme moi au nom de l’écologie, du danger encourus durant ces courses, du nombre de rejet de CO2 craché, autant ici, on n'y pense même pas. Vous allez vous dire que je suis un anti-écologiste mais ce n'est pas le cas car j'essaie de respecter l’environnent au maximum (personne n'est parfait) et je fais parti de ceux qui ne vois aucune utilité à avoir une voiture quand vous habitez dans de grandes villes. Par contre, me payer un bon petit rallye de temps en temps..et bien j'aime ça!

mardi 7 août 2012

L'épopée de l'Aéropostale en Uruguay

Dans les années 1920, on parla énormément et souvent de l'Aéropostale avec ses célèbres pilotes dont Jean Mermoz, Henri Guillaumet et Antoine Saint-Exupéry furent de dignes représentants. Ce qu'on oublie de dire par moment est que ces pilotes passèrent par Montevideo ou plutôt exactement par l'aérodrome de Pando. Pando est un village qui se trouve environ à 1 heure de Montevideo par bus.

De plus, en me promenant du côté de Villa Biarritz dans le quartier de Punta Carretas, on trouve une petite place avec une plaque au nom de Jean Mermoz, ce qui me fit souvent poser la question du pourquoi de cette plaque ici. Finalement, un journaliste m'aidera à trouver la réponse avec un article qu'il publiera sur l'histoire de ces hommes et de la relation avec Pando. J'ai traduis cet article tout en y rajoutant certaines informations que j'ai pu glaner à droite et à gauche.

En novembre 1918, à peine la Première Guerre mondiale finie, un industriel de Toulouse (ma ville!!) appelé Pierre Georges Latécoère (né le 25 août 1883 à Bagnères-de-Bigorre et mort à Paris le 10 août 19430), fabriquant d'avions, va créer une ligne de courrier aérien.

jeudi 2 août 2012

Tourisme: Casapueblo

Il est dur de décrire par moment l'indescriptible. Ni les mots, ni les images, ni des films ne pourraient donner un compte rendu réel et vrai de cet endroit assez unique en son genre en Amérique du sud (enfin à ma connaissance).

A une courte distance de la grande péninsule appelée Punta Ballena (Pointe de la Baleine) et proche de Punta del Este, on découvre la Casapueblo avec son architecture et sa beauté blanchâtre. La maison dans un style purement méditerranéen se trouve à flanc d'une petite pente et fait face à une petite centaine de mètres d'une mer bleue azur superbe. Paysage fantastique et à immortaliser avec son appareil photo!

Casapueblo se trouve être un endroit où un artiste assez inspiré a construit son endroit pour lui, juste sur un caprice. Le nom de cette artiste? Carlos Páez Vilaró.

dimanche 29 juillet 2012

Hippodrome de Maroñas

L'Uruguay fait parti encore de ces pays où les courses de chevaux sont encore retransmises sur quelques canaux à la télé. En vérité, les hippodromes ne surgiront pas à Montevideo, non pas à cause d'une nouvelle ferveur des Uruguayens pour les courses de chevaux mais grâce à l'initiative des membres de la petite colonie anglaise qui résidait surtout dans le quartier d'Ituizaingó (aujourd'hui un quartier rattaché à Montevideo) à la fin du XIXe et début du XXe siècle. Peut-être une petite communauté anglaise mais avec de grands moyens financiers étant donné que nos amis anglais contrôlaient certains pans économiques assez importants de l'Uruguay comme le gaz, l’électricité, les chemins de fer, etc...

Le premier hippodrome sera inauguré en 1854 à proximité de Piedras Blancas et Manga. Puis en 1867, on inaugure le Nuevo Circo (Nouveau Cirque) pour les courses de chevaux dans les environs de Maroñas avec une piste de 1.750 mètres. Il a fonctionné jusqu'à 1874, quand a été inauguré le Circo Ituzaingó, communément connu comme Circo de Maroñas car dans le passé, ces terrains avaient appartenu à un riche propriétaire de magasins généraux du nom de Juan Francisco Maroñas, immigrant espagnol de Galicie. Ce Circo de Maroñas fut mentionné comme le premier hippodrome construit à Maroñas où il se trouve toujours.

dimanche 22 juillet 2012

Les autres édifices - Prise 2

Nous continuons notre visite de Montevideo avec des édifices qui sont, généralement, en dehors des circuits touristiques mais qui valent vraiment le coup de s’arrêter devant afin d'en admirer les courbes. 

Suite à mon premier article sur ses autres édifices, je vous présente encore pêle-mêle ces bâtiments au gré de mes pas. Comme je le mentionne dans mon premier article, ils ont largement leur place dans ce blog car ils présentent tous un aspect et un cachet architectural super intéressant. 

Si j'ai pu en trouver une, ils sont accompagnés d'une brève description.

On continue cette deuxième partie avec les monuments suivants.

jeudi 12 juillet 2012

Société: Qui sont les Uruguayens?

Voici un blog que je tiens depuis plus d'un an sur l'Uruguay où je parle de ce pays avec de nombreux et divers articles mais j'ai oublié de vous présenter les Uruguayens! Un comble quand même!
Donc, je vais rectifier cette erreur en vous faisant une petite présentation de ces habitants qui habitent un tout petit pays car coincé entre deux mastodontes que sont l'Argentine et le Brésil.

Je vais faire une brève description des habitants, de leurs coutumes, leurs mœurs, etc, par rapport à mon expérience personnelle, ce qui veut dire que peut-être que tout le monde ne sera pas d'accord mais bon, nous sommes dans un pays qui a payé très cher sa démocratie donc je dirais tout. Ceux qui ne sont pas d'accord auront à lever le doigt et attendre ;) ou mettre des commentaires à la fin de cet article.

Nous avons souvent le bon cliché que tous les habitants de l’Amérique du sud sont tous de petites tailles, les cheveux noirs, les yeux bridés, le teint mate et bouffent tous des burritos, des haricots, du chili con carne ou des tacos. On peut dire merci pour ce cliché à tous les groupes d'origine péruviens ou boliviens que l'on trouve dans nos rues piétonnes de nos grandes villes françaises à essayer de distraire nos mines tristounettes de bon français mais tout en essayant de nous vendre leurs CD insipides qui sont tous pareils. Deux autres facteurs qui véhiculent cette fausse image sont les restaurants Tex-Mex qui sont à la mode et que l'on trouve dans nos grands centres urbains ou bien les nouvelles (malheureuse) de la violence que l'on nous diffuse le plus souvent en provenance du Mexique. Et bien, si c'est ce que vous pensez de l'Uruguay, vous pouvez retournez à vos bancs d’école!

vendredi 6 juillet 2012

Barrio: Capurro

En fouillant régulièrement les archives de photos en noir et blanc de Montevideo pour pouvoir vous présenter les différents quartiers de cette ville, je me suis aperçu à maintes reprises que le Parque Capurro (parc Capurro) revenait souvent dans ces photos comme lieu de détente pour la population de Montevideo, surtout la bourgeoisie. On y voyait une jetée avec un ponton, de gros massifs de fleurs et plein d'arbres, des statues, etc. Bref, un lieu de recréation avec vue sur le fleuve desservi par le tramway de cette époque.

Après avoir repéré ce parc et ce quartier du même nom sur la carte, car il ne fait absolument pas parti des guides touristiques, j'ai décidé de prendre le bus afin de visiter cet endroit magique sur les photos du XIXe et du XXe siècle pour en déterminer si on pouvait toujours en parler comme ceci aujourd'hui.

Histoire du parc

lundi 2 juillet 2012

Les ventes aux enchères

Suite à la forte immigration provenant d'Europe, surtout d'Espagne, d'Italie, de France et de bien d'autres pays à la fin du XIXe et début XXe siècle, Montevideo n'aura absolument rien à envier aux capitales européennes comme Paris, Londres, Milan, point de vue richesse de la culture, mentalité, architecture, mode, etc. C'est pour cela que l'Uruguay fut appelé ''la petite Suisse d’Amérique du sud'' pendant assez longtemps et qui fera un pied de nez à sa voisine, Buenos Aires, qui était considérée comme le ''Paris de l’Amérique du sud''.

Automatiquement, cette richesse qui se trouvait dans la bourgeoisie de Montevideo (et non dans la totalité du pays ou de la ville) amena au fait que les riches familles se retrouvaient dans un confort égal à la bourgeoisie de Paris ou Londres à l’intérieur des maisons. Ceci se traduira par des maisons ou de petits castillos (châteaux) qui auront tout le confort comme des douches, des ascenseurs, le chauffage et bien d'autres choses. Pareil pour tout ce qui concernera le mobilier, les meubles et la vaisselle. La majorité de ces pièces proviendront d'Europe comme la France, l'Italie, l'Allemagne, la Hongrie, etc, car il existait un marché transatlantique de biens de consommation énorme. Les accords de ''libre-échange'' qui existent aujourd'hui entre les différents continents ne sont absolument pas nouveau malgré ce que les politiciens d'aujourd'hui essaient de nous faire gober.

mardi 26 juin 2012

Tourisme: Buenos Aires - Prise 2

On continue notre visite de Buenos Aires (suite de la Prise 1). J'ai oublié de signaler dans la Prise 1 qu'autour de la Plaza de Mayo (Place de Mai), on trouvera énormément de bâtiments officiels en plus de la Casa de Gobierno (Maison du Gouvernement ou la Maison de Cristina). On trouvera, entre autre, le Cabildo de la ville de B.A. (mairie), la Legislatura de la ciudad de B.A., la Catedral Metropolitana, le Palacio de Gobierno de la ciuadad, le départ de l'Avenida Rivadavia avec ses majestueux immeubles de style haussmanniens et l'Avenida Presidente Julio A. Roca. A côté de la mairie, il y a aussi l'edificio de la Prensa (édifice de la presse) de style architectural français et qui peut se visiter. A ne pas louper car en plus, c'est gratuit.

Toujours de la Plaza de Mayo, on trouve la rue Defensa où on trouvera un marché (artisanat, brocante, bric-à-brac, etc) le long de la rue les dimanches. A l'angle des rues de Defensa et Chile, on trouvera une statue de Malfada, l'enfant chérie de B.A.

jeudi 21 juin 2012

Tourisme: Buenos Aires - Prise 1

Etant donné que l'Uruguay a une longue frontière commune avec l'Argentine, il était normal de faire un tour dans ce pays et surtout d'aller sur Buenos Aires qui se trouve à quelques encablures de Montevideo. Pour aller sur Buenos Aires (B.A.), on a quantité de solutions comme le ferry, l'avion, le bus ou bien prendre sa voiture personnelle. C'est facile, rapide et relativement bon marché dépendant de la saison touristique ou non. Prendre en compte que les long week-ends peuvent être plus cher car pas mal d'Uruguayens font des petits séjours sur B.A.

Par contre, celui qui veut prendre sa voiture perso doit être avisé que les argentins, plus spécifiquement ceux de B.A. conduisent comme Fangio! Les pires de tous les conducteurs sont les chauffeurs de bus. De toute façon, tout se fait à pied dans B.A. car il existe un bon réseau de transport en commun et un métro donc on peut se déplacer d'un point à l'autre de la ville sans se prendre la tête pour trouver un emplacement afin de garer sa bagnole. On évite aussi les petits larcins sur ou dans sa voiture!

jeudi 14 juin 2012

Montevideo vu du ciel

Comme il existe de nombreux documentaires qui présentent des pays ou des villes vu du ciel, nous allons faire pareil mais dans l'ancien temps. Yann Arthus-Bertrand nous avait présenté de très belles photos (comme d'habitude) de l'Uruguay, je vais faire la même chose mais disons...plus modestement si on peut dire. Les photos ci-dessous datent plus ou moins entre 1920 et 1935 mais vous donneront un bon exemple de ce qu’était Montevideo à cette époque.

Définitivement et je le répète, j'ai une large préférence pour ce Montevideo d'antan au lieu de celui d'aujourd'hui. Vous découvrirez des endroits comme une photo de Pocitos qui vous prouvera que ce quartier a été massacré au fil des années et qui ne ressemble plus du tout à ce qu'il fut. On verra certaines photos qui vous montreront la construction de la Rambla et qui ''révolutionnera'' Montevideo même si aujourd'hui on peut se poser la question vu le nombre de voitures qui y circulent.

vendredi 8 juin 2012

Bouchon d’impatience dans MVD

Une seule voie? À l’heure de pointe? Cela n’a aucun sens!''

Des commentaires à voix hautes, ce n’est pas vous… Sacré travaux de construction! Qui est l'andouille qui autorise cette envergure de travaux sur l’échangeur d’une voie rapide ou une route principale de Montevideo un jour de semaine? Vous n’avez jamais vu un tel bouchon de circulation? Et rares sont les fois où vous laissez échapper un mot d’ordre liturgique comme vous venez de le faire. Ça sonne drôle à vos oreilles. Avec l’humidité, il doit faire 48 degrés Celsius comme par hasard. Vos cheveux frisent tout seul.

En cognant sur le volant d’une main, l’autre labourant dangereusement votre cuir chevelu, vous réalisez que le conducteur à votre droite vous regarde. Votre impatience l’amuse. Est-ce de cela qu’il parle sur son cellulaire dans sa Renault climatisée? Il a l’air frais et disposé. Ce n’est pas votre cas. Pourquoi avez-vous refusé la réduction que l’on vous faisait sur un climatiseur à l’achat de votre voiture? Pénible souvenir.

dimanche 3 juin 2012

MVD: Ton patrimoine fout le camp!

Comme vous avec pu voir à travers ce blog, je vous ai fait la présentation de nombreux édifices qui dans la plupart du temps ont été rénovés ou bien se trouvent dans un état plus ou moins bon. Par contre, si vous avez voyagé à travers le temps avec ma section du Montevideo d'antan de ce blog, vous avec pu vous apercevoir qu'il y a eu beaucoup de massacre de maisons et de fabuleux monuments dans beaucoup de quartiers de la ville pour faire place, soit disant, à la modernité...

Suite à ces ''massacres'' du passé, on pourrait se dire maintenant que la ville ou les services responsables ont pris des actions ou passer des lois afin de sauver ce fabuleux patrimoine qui, il ne faut pas se le cacher, n’intéresse pas beaucoup de gens. Que nenni! On continue encore à détruire de vieilles maisons et on ne se gêne pas de le faire. 

J'ai appris qu'en vérité, l'Intendencia de Montevideo n'a pas le dernier mot pour sauver les maisons de la destruction car c'est le propriétaire, ses descendants ou la succession qui a le dernier mot. Cela veut dire que si la personne peut prouver que la rénovation lui coûte trop chère et que cela ne vaut pas le coup, elle peut vendre ce bien à un promoteur immobilier qui se fera le plaisir de détruire cette maison, dans bien des cas, afin d'y construire un appartement style cage à lapin de 10 étages qui lui rapportera 10 fois plus.

mercredi 30 mai 2012

Les autres édifices - Prise 1

Voici mon premier sujet de Montevideo depuis mon retour sur Toronto. Étant donné que j'ai encore la tête là-bas, je vous fait la présentation pêle-mêle de certains édifices à travers la ville au gré de mes pas. Ce sont des édifices moins connus que les principaux monuments de Montevideo que l'on trouve dans tous les guides touristiques comme le Palacio Salvo, le Teatro Solis, le Palacio Piria, etc.

Mais je pense que ces édifices ont largement leur place dans ce blog car ils présentent tous un aspect et un cachet architectural super intéressant. Par conséquent j'ai pris des photos de ces édifices afin de les immortaliser dans leur beauté et leur sommeil pour certains. Si j'ai pu en trouver une, ils sont accompagnés d'une brève description.

Comme j'ai pas mal d’édifices à vous présenter, on fera cela par tirs groupés.

On commence cette première partie avec les monuments suivants.

mercredi 23 mai 2012

Au revoir Uruguay

Et voila, à travers ce blog, j'annonce mon départ officiel de l'Uruguay après 15 mois dans le pays. Peut-être que certains seront surpris par cette décision mais d'autres auront compris le pourquoi. D'autres diront que c'est court pour apprécier un pays et d'autres diront que c'est long d’être dans un pays si loin. Nous avons décidé, ma conjointe et moi, de retourner sur Toronto au Canada. 

Je continuerais, quand même, de mettre à jour mon blog durant un certain temps après mon retour car j'ai encore de nombreux sujets sur cette ville, le pays ainsi que sur mes voyages en Argentine, Paraguay et Brésil. Toutefois, je pense et j’espère que quelqu'un prendra mon relais à travers un blog pour continuer à vous parler de ce petit pays coincé entre les deux géants que sont l'Argentine et le Brésil. Il faut dire que les blogs sur l'Uruguay sont assez rares côté francophone (on en trouve un peu plus du côté anglophone). 

Mais bon, soyons optimistes pour un nouveau blog de quelqu'un. Définitivement, mes aventures de blog s’arrêteront là car je n'ai pas envie d'en faire un sur Toronto. C'est vraiment moins intéressant que l'Uruguay pour moi :)

dimanche 20 mai 2012

CUTCSA: L'histoire du transport collectif

Si un jour, vous vous promenez dans les rues de Montevideo, vous allez vous apercevoir qu'il y a de nombreuses compagnies de transports collectifs (bus) dont une qui est très présente en ville et qui s'appelle la C.U.T.C.S.A. (on dit ''coutsa''). Quand j'ai demandé à deux ou trois personnes de mon entourage ce que voulait dire ce sigle, personne n'a pu me répondre. Donc, j'ai fait une recherche sur ce nom en particulier et je vais vous donner la réponse. En même temps, je vais expliquer l'histoire et l'évolution du transport terrestre collectif de personnes en Uruguay mais particulièrement dans la capitale qu'est Montevideo. Les deux sont plus ou moins reliés.

La naissance du transport collectif à Montevideo comme dans d'autres capitales évolue peu à peu avec la croissance de la ville et la nécessité de communication. Le transport terrestre collectif de personnes au XVIIIe siècle à Montevideo et ses environs a été pratiquement nul. Ceci s'explique par une population peu nombreuse dans la ville et des autres centres urbains du pays. Il faut ajouter à cela une inexistence de chemins ou de routes praticables.

mercredi 16 mai 2012

Patrimoine: Palacio Santos

On va se faire la visite du Palacio Santos qui se trouve à l'angle de l'Avenida 18 de Julio et la rue Cuareim. De suite, j'avise que ce Palacio n'est pas ouvert au public sauf un week-end par année pour le Dia del Patrimonio (mois d'octobre de chaque année) donc il faut viser juste mais cela vaut le coup de voir l’intérieur rococo de cet édifice.

Ce remarquable édifice a été projeté et construit entre 1881 et 1886 par l’Ingénieur Juan Alberto Capurro pour devenir la résidence du Général Máximo Santos qui deviendra par la suite le Président de la République Orientale de l'Uruguay.

Depuis 1955, cet édifice est le siège du Ministère des Affaires étrangères. Il est utilisé pour des cérémonies officielles et les actes protocolaires du gouvernement uruguayen afin de recevoir des présidents de certains pays. J'ai eu l'occasion de voir Mme Dilma Rousseff (présidente du Brésil) de proche en 2011 lors de sa sortie de cet édifice très accessible.

Ce monument fut rajouté sur la liste du Patrimoine Historique Nationale en 1975.

dimanche 13 mai 2012

L’insécurité: Les vols et les cambriolages

Nous allons parler d'un sujet assez brûlant car malheureusement, on en parle à peu près chaque jour dans les médias bien que la plupart de ces mêmes médias aiment bien faire aussi mousser la crainte et la peur parmi la population. C'est le nombre de vols à main armée ou pas et les cambriolages.

Donc, si tout le monde en parle, pourquoi j'en parle aussi? La réponse est que je vais en parler qu'une fois (pas besoin de bourrage de crane comme les médias), d'expliquer ce fait dans le quotidien et de donner mon opinion. Évidemment, n'oubliez pas que je ne suis ni un flic ni un politicien!

Bien sûr à cause de ce problème assez embêtant, on retrouvera comme d'habitude les partis d'opposition qui crient au scandale en disant que tout va mal sous ce gouvernement, que la violence a augmenté, etc, mais on sait très bien aussi que si un de ces partis d'opposition se trouvait à la place du gouvernement actuel, il y a de grandes chances qu'il se retrouverait dans la même panade et ne ferait pas mieux! Donc au lieu de gueuler, mettez vos forces ensembles en apportant des solutions et mettez vos idées dans le même panier malgré vos différences politiques, bande de couillons!

mercredi 9 mai 2012

Les tutures américaines

On continue notre tour du monde ''intra-uruguayen'' avec, cette fois-ci, les tutures américaines. Durant le XXe siècle, de très nombreuses voitures américaines seront expédiées en Uruguay avec les marques Ford et Chevrolet qui seront les plus importantes et qui écraseront le marché local.

Les premières autos importées en Uruguay étaient majoritairement d'origine européenne, mais rapidement l'industrie automobile américaine s'imposera assez vite. En 1919, 60 % du parc automobile était d'origine nord-américaine. En 1930, on parle de 82.5% d'origine nord-américaine.

C'est pour cela qu'au gré de mes pas, j'ai remarqué un étalage de voitures américaines assez important datant de toutes les années (de 1930 à 1970). Certaine sont restaurées avec soins par leurs propriétaires et deviennent de véritables bijoux de beauté sous le soleil bleu du pays. Toutefois, on remarquera certaines qui roulent encore dans le quotidien des gens mais à cause de nouvelles normes de pollution et de sécurité mises plus ou moins en place, elles ont tendance à disparaître assez vite des routes du pays.

dimanche 6 mai 2012

Le système de santé en Uruguay - Prise 2

Voici ma seconde partie sur le système de santé en Uruguay et la fin (la partie 1 est ici) . Dans les deux parties de  mon sujet, j'ai surtout voulu vous expliquer comment cela marche et démêler un peu tout cela car j'avoue qu'au début, j’étais un peu perdu en voyant tout ces noms de cliniques, de compagnies différentes de santé, etc. Pas facile à démêler!

J'essaie aussi de ne pas influencer le choix des gens en disant de prendre telle ou telle mutuelle. Par contre, j'ai mentionné le nom de l'Asociación Española car nous sommes affiliés avec eux et je base ce sujet sur mon expérience actuelle avec eux. Mais cela n'engage personne d'aller avec eux et cela ne reflétera peut-être pas les services offerts par une autre mutuelle. Vous êtes libres!

Une petite parenthèse avant d'aborder la deuxième partie, je voudrais spécialement remercier ma chère amie Cécile, la plus belge des uruguayennes, qui m'a donné plein de renseignements et qui m'a aidé à finaliser ce sujet pour le mettre dans un jargon qui n'est pas trop difficile à comprendre. 

jeudi 3 mai 2012

Le système de santé en Uruguay - Prise 1

Bon, je vais parler d'un sujet très important pour la plupart des expatriés ou immigrants qui arrivent dans un nouveau pays. Quand on déménage dans un autre pays, on se demande toujours dans quel sorte de système de santé nous allons tomber. La santé est importante et peut nous jouer des tours à chaque moment. Par conséquent, il est primordial de savoir sur quoi on va tomber pour soi-même et sa famille car en s'expatriant, on a deux choix: soit on tombe sur un système de santé du tiers-monde ou bien dans un système de santé ''normal'' bien que le mot ''normal'' soit appliqué avec une définition différente dans chaque pays.

Dans cet article, je vais comparer le système canadien versus le système uruguayen étant donné que j'ai quitté la France depuis trop longtemps et que je n'ai pas assez de connaissances du système français d'aujourd'hui.

Vous savez que je me trouve en Uruguay comme mon blog le stipule donc ce qui veut dire je suis en Amérique du sud. Bref, j'ai testé, pour vous, le système de santé du pays et je peux vous assurer, même si vous en resterez bouche bée, que je préfère nettement le système de l'Uruguay à celui du Canada! Je vais même aller plus loin en disant, que le Canada est un pays du tiers-monde dans bien des égards concernant le système de santé. 

mardi 1 mai 2012

samedi 28 avril 2012

Coût de la vie en Uruguay


On va parler d'un sujet brûlant pour de nombreux uruguayens car ce sont eux qui sont les premiers touchés par ce fléau qu'est la flambée des prix. Quand on voit certains magazines internationaux vous vantant que l’Uruguay est un pays ''de catégorie bas prix'' et que l'on peut y vivre pour moins de U$500 ou 400€ par mois est à mes yeux quelque chose d’irréaliste et un mensonge à moins que l'on veut vivre à l’intérieur du pays dans une cabane rustique sans électricité et sans eau. Je ne suis pas certain pourquoi on écrit de telle bêtise car dans la vie de tous les jours, on s'apercevra que la vie est assez chère en général, surtout à Montevideo. Toutefois, en tant que touriste pendant une journée ou quelques jours, notre réaction sera de dire que ce n'est pas le cas et ce fut ma réaction durant mon premier voyage en Uruguay en 2008 pendant 2 semaines. Aujourd'hui, je vis ici et mon discours est totalement diffèrent!

Actuellement, l'Uruguay et l'Argentine sont parmi les dix pays dans le monde qui ont eu la plus forte inflation en 2011. L'inflation en Uruguay était non seulement largement au-dessus de l'objectif du gouvernement mais se trouve être le troisième pays après l'Argentine (8.8%) et le Venezuela (27.6%) dans les pays du Latam (Latina America)

mercredi 25 avril 2012

Tourisme: Aguas Dulces


La petite station balnéaire d'Aguas Dulces se trouve à environ 265 kilomètres de Montevideo et à 10 kilomètres de la petite ville de Castillos (on dit ''Castichos'' en uruguayen). Elle est située dans le département de Rocha entre les stations balnéaires de Cabo Polonio et Punta del Diablo. Pas loin de cette station balnéaire, vous pourrez visiter la forteresse Santa Teresa qui vaut vraiment le coup. C'est un village qui vit toute l’année avec quelques commerces qui restent ouvert pour la petite population rurale. Population rurale qui est loin des standards de celle de Punta del Este ou José Ignacio.

dimanche 15 avril 2012

Musée du carrelage

Et oui, il existe un petit musée sur le carrelage (Museo del Azulejo) en plein centre de Montevideo mais qui est totalement inconnu de la majorité des habitants ainsi que de la majorité des touristes. C'est vrai aussi que ce musée ne parle pas de lui dans les guides touristiques malgré le fait que la gestion de ce musée soit administré par l'Intendencia de Montevideo. Ce qui est marrant est quand vous rentrez dans ce musée, on vous accueille gentiment et la première question est de savoir comment avez-vous entendu parler de ce musée...cela démontre le peu d’intérêt des gens pour ce joli musée.

Le musée se trouve dans un immeuble sur trois étages aux intersections des rues Yi et Mercedes (juste après le musée de l'automobile). Il est un des rares musées qui est bien signalé car il y a une pancarte en face de l’entrée et une autre pancarte bleue aux intersections des rues Yi et Mercedes.

mercredi 11 avril 2012

Les grands disparus: R.I.P. - Prise 2

Suite à ma première prise des bâtiments détruits versus ceux qui les ont remplacé aujourd’hui, on continue notre tour afin de montrer les grands disparus de Montevideo. J'avoue que quand je vais prendre la photo aujourd'hui tout en pensant ce qu'il y avait avant, je sors presque le mouchoir tellement je suis triste.

Comme dit le proverbe: "Le mal est fait". On ne peut plus revenir en arrière car c'est du passé mais heureusement qu'il nous reste quand même des photos pour s'extasier de la beauté de cette ville au XIXe/XXe siècle.

Je pense que la majorité des gens qui lisent ce blog vont être d'accord que Montevideo a massacré pas mal de ces bâtiments mais que beaucoup d'autres villes sur cette planète ont fait des erreurs impardonnables durant des années. En regardant un peu le cours de l'histoire et de l'architecture, je pense que les années 1955 à 1975 ont été les pires de toute l'histoire de l'architecture.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...