jeudi 29 septembre 2011

Bilan de 6 mois

Presque 8 mois que je suis parti de Toronto et du Canada pour aller à Montevideo afin de réaliser un rêve que j'avais dans la tête depuis un moment et ce, grâce à ma conjointe qui vient de ce petit pays. Comme je dis, le temps passe à une vitesse supersonique et on ne vit qu'une fois! Donc si vous pouvez, essayez de réaliser de ce qu'il y a de mieux pour vous car la vie, elle, elle ne vous attend pas!

Avec retard, voici le récapitulatif de 6 mois de folie, de découverte, de solitude au début, de calme, de danger, de joie, dans un nouvel environnement total (langue, mentalité, culture, bouffe, etc).

Petit bilan personnel, bien sûr, où je vous mets mes points positifs et négatifs concernant ce congé. Comme d’hab, j’essaye d’être le plus objectif possible.

On va commencer avec le négatif et on finira en beauté!

mardi 27 septembre 2011

Les tutures Renault

Comme j'ai déjà mentionné dans mon précédent topique des tutures Peugeot, l'Uruguay est un vrai musée à ciel ouvert. Donc, on voit de tout dans les rues ou sur les routes de campagne. Évidemment, toutes les voitures n'ont pas la chance d'avoir un propriétaire amoureux de la voiture car autant sont des collectionneurs avides alors que d'autres utilisent leur voiture dans la vie quotidienne. J'ai encore rencontré un amoureux de vieilles voitures ce samedi dans une des rues du quartier de Carrasco et on s'est tapé la causette pendant une bonne demi-heure. Ford de 1955 qu'il a retapé durant 2 ans. Je mettrais sa voiture dans mon sujet sur les tutures américaines.

J'ai remarqué jusqu’à date que Renault a une présence moins forte en terme de vieille voiture que Peugeot. Pourtant dans le temps, Renault avait de jolies voitures, ce qui de nous jours et à mon goût, n'est plus le cas actuellement.

Voici quelques photos de Renault prisent dans la rue. J'ai aussi joint certaines photos du petit, mais ô combien intéressant, musée du club automobile de l'Uruguay (voir mon article dans la section véhicules).

jeudi 22 septembre 2011

Montevideo d'antan: Ex-magasin Casa Soler

La première fois que j'ai vu cet édifice en 2007, je suis tombé en amour (une fois de plus) avec la passé de Montevideo. A cette époque, le bâtiment n’était pas dans un super état comme la peinture extérieure abîmée et les volets rouillés ce qui lui donnait un air d'abandon...c’était plus ou moins le cas! Heureusement, entre temps, le gouvernement a pris possession du rez-de-chaussé et d’étages afin de loger temporairement des fonctionnaires de la cour électorale (dépôts des urnes électorales). De ce fait, l’édifice a reçu un coup de jeunesse. 

Ce bâtiment a été inauguré en 1928 et fut construit par l’architecte Carlos Pérez Larrañaga pour la famille Soler. Dans la décennie des années 20, la famille Soler ne voulant pas rester derrière, paria sur l'avenir de la ville et décidèrent de construire un ''magasin-palais'' monumental proche de l'autre ''grand palais'' qui est le Palacio Legislativo (palais législatif). Ils décidèrent de construire un magasin de 3000 m2. Malheureusement, il existe peu de documentation sur cette famille ou les magasins eux-mêmes mais je peux confirmer qu'ils étaient d’origine espagnole.

mardi 20 septembre 2011

Coup de gueule : La pauvreté

J'ai dit que j'allais être franc dans mon blog en vous donnant l'heure juste du pays donc ceci inclut autant les côtés positifs dans mes ''coups de cœur'' que négatifs dans mes ''coups de gueule''. Donc, je vais faire un sujet un peu plus sérieux sur Montevideo et l'Uruguay en parlant de pauvreté. Oui, j'ai bien dit le mot pauvreté car elle existe bien et si vous ouvrez bien grand les yeux, vous la verrez assez fréquemment sauf qu'on va vous la cacher parce qu'on ne veut pas en parler. C'est tabou mais c'est la réalité!

Ce qui me sidère le plus quand je vois des revues spécialisées d'expatriation (surtout celles destinées aux retraités) ou des journalistes ''free-lance'', on s’aperçoit à les lire ou les entendre que tout est beau en Uruguay avec les belles plages, la pampa et ses Gauchos, un coût de vie pas cher du tout, les belles minettes bronzées sur la plage, etc. C'est en parti vrai mais ont-ils mis les pieds en Uruguay ou à Montevideo? Car de dire que tout est plus ou moins parfait en Uruguay n'est pas la vérité. On vous montre la belle vitrine du pays dans de belles brochures, de beaux reportages sur le pays (avec la belle chansonnette derrière qui vous met presque la larme à l’œil en disant que c'est tellement beau) mais on oublie de vous montrer l’arrière-boutique du pays. L'Uruguay est comme tous les autres pays!

vendredi 16 septembre 2011

Monument: Edificio London Paris

L'Edificio London Paris a été construit en 1905 par l'architecte... il existe un débat à ce sujet car on ne sait pas si c'est l'architecte anglais John Adams (celui à l'origine de l’hôpital Britannique de Montevideo ou de la Salle Verdi) ou Julián Masquelez, un architecte uruguayen formé en Europe. À l'origine, le bâtiment fut construit et occupé par la compagnie d'assurance The Standard Life (compagnie d’assurance écossaise). Cet édifice fut, à cette époque, un des plus hauts bâtiments sur l'Avenida 18 de Julio. 

Par la suite, cet édifice sera transformé en un des grands magasins du grand Montevideo d'antan, le magasin ''London Paris'' en 1908. Le fondateur du magasin sera Pierre Casteres (ou Pedro Casterés en espagnol) né à Montevideo mais qui décédera en 1920 et le gérant Jean Pierre Tapie (Juan Pedro Tapié). L'administrateur du magasin sera Marcos J. Siri. Suite au décès de Pierre Casteres, Jeanne Grapinet (Juana Grapinet), sa veuve, sera impliquée dans la succession de son mari.

mercredi 14 septembre 2011

Architecte: Camille Gardelle

Camille Rémy Alexandre Gardelle est né le 31 juillet 1866 à Montauban (Tarn & Garonne). Il est le fils de Marie Camille Léopold Gardelle (qui fut aussi architecte pour la ville de Montauban) et de Marie Angélique Dupeyre.

Il étudia à la prestigieuse école des Beaux-Arts de Paris où il fut un élève de Charles-Louis Girault. Il sortit diplômé de l’école en 1899.


Camille Gardelle arrivera en Uruguay en 1910 et vivra vingt ans en Uruguay avant de repartir sur la France.





Il fut un des architectes qui laissera un grand nombre d'ouvrage assez extraordinaire à mes yeux dans Montevideo parmi lesquelles:

mardi 13 septembre 2011

Interlude : Musique indienne

Bon, je fais un petit interlude car depuis 3 ou 4 jours, j'ai la nostalgie de l'Inde...Et oui, en Uruguay, c'est très rare de trouver quelque chose relié à l'Inde comme un bon et vrai resto indien ou de bon films de Bollywood au cinéma ou de voir des hindous se promenaient dans la rue. C'est vrai qu'une fois que vous goûtez à cette culture, on ne peut plus s'en passer.

Ahhhh...qu'est-ce que je ne ferais pas pour manger maintenant un bon poulet Masala avec du riz basmati accompagné de pain Naan et avec un thé ''Chai'' devant un groupe de danse indienne! J'ai quand même eu la chance de manger du pain Naan fait maison par mes amis Walter et Stéphanie sur Montevideo. C'est peut-être eux qui m'ont donné la nostalgie :). On trouve bien du curry en poudre dans quelques supermarchés et une ou deux sauces mais à des prix extrêmement chers ce que vous fait dire que les prix sont piquants!

Mais en attendant de pouvoir me replonger dans la culture indienne un jour, je vais vous faire danser un peu avec les danses indiennes. Bon, oubliez les anciennes musiques indiennes typiques car ils se sont mis au diapason de la mondialité. On trouve des rythmes et des danses plus modernes et des sons qui se mélangent avec ceux de l'ouest. J'ai toujours adoré la musique indienne car ils sourient toujours, il y a de belles danses et danseuses, beaucoup de couleurs...ce qui change pas mal de la musique traditionnelle uruguayenne que je trouve assez tristounette. J'avoue que pour le moment, je n'ai pas accroché avec la musique du pays car je la trouve parfaite pour tomber en dépression. De plus, c'est très politisé ou ça raconte des histoires à mourir de...pleurs. Mais bon, il faut des goûts pour tout le monde, n'est-ce pas?

vendredi 9 septembre 2011

Événement: Expo du Prado

L'Expo du Prado est une exposition annuelle pendant le mois de septembre. Cette exposition est un ''échantillon'' représentatif du bétail que l'on trouve en Uruguay, une présentation de l'industrie agricole ainsi que du matériel et surtout une célébration de la vie rurale. Elle est organisée par l'association rurale de l'Uruguay et se trouve être l’évènement le plus important dans le pays.

L'Expo du Prado se tient au centre d'exposition dans le quartier du Prado durant deux semaines. Nous avons visité l'exposition un jour après l'ouverture officielle mais avant la grande foule des week-ends ce qui est un grand avantage de prendre son temps et de ne pas se retrouver au milieu d'une foule compacte.

Alors que trouve-t-on dans cette exposition?

Les bœufs et les moutons de l'Uruguay
Étant donné que le pays est un pays de carnivores, on présentait de nombreuses races de bœuf de l'Uruguay (races ''Hollande'', ''Limousin'', ''Angus'', Hereford, etc...). Il y a des compétitions avec des récompenses pour le bétail (race, poids, beauté, etc...). J'avoue que j'ai été impressionné par des taureaux car ce sont de véritables monstres! Il fallait voir les éleveurs bichonner leurs bêtes avec frénésie afin de gagner une récompense. On comprend pourquoi l'Uruguay est un grand exportateur de viande ''premium''. Et oui, le pays nourrit encore ses bovins dans les vastes plaines du pays et non aux farines végétales ou piqués avec des hormones comme en Amérique du nord!

dimanche 4 septembre 2011

Barrio du Prado - Prise 1

Le quartier du Prado (qui inclut le quartier de Nueva Savona) se trouve au nord du centre-ville de Montevideo. Le quartier est entouré des quartiers de Capurro (sud-ouest), La Teja (ouest), Belvedere (nord-ouest), Paso de Las Duranas (nord), Aires Puros (nord-est), Atahualpa (est) et Bella Vista (sud). Le quartier est bien desservi par les bus et vaut le détour d'y aller faire un tour.

Les premières familles qui s'installeront dans cet endroit furent des des familles d'immigrants des Îles Canaries arrivées vers 1726 auxquels des terrains furent octroyés sur les rives du ruisseau Miguelette par ordre du fondateur de Montevideo, Bruno Mauricio de Zabala. 

À partir des années autour de 1870 et motivées par l'arrivée du tramway dans la zone, des familles aristocratiques commenceront à construire des maisons luxueuses pour passer les grandes vacances à la campagne dans les environs du ruisseau Miguelette. Ne pas oublier que dans ces années là, le Prado se trouvait à l’extérieur de la ville.




Le noyau principal de terrains qui forment le quartier du Prado a été acquis par le Baron José de Buschental entre 1862 et 1867 pour construire sa maison à laquelle il avait donné le nom de ''Buen Retiro'' que l'on pourrait traduire plus ou moins par ''Bonne Retraite''. Il existe une avenue à son nom.

Barrio du Prado - Prise 2

Suite du Barrio Prado - Prise 1


Chalet de Ricardo Butler

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...